Mémoires sur la chimie publiés à l'étranger. Extraits par M. Adolphe Wurtz.
Annales de chimie et de physique. 3e série, tome 62 (1861), pages 489-492
 

Sur les produits d'oxydation de la mannite sous l'influence du noir de platine ;
par M. Gorup-Besanez.

Lorsqu'on humecte du noir de platine, préparé d'après le procédé de M. Liebig, avec une solution aqueuse et concentrée de mannite, il se manifeste un vif dégagement de chaleur, il se dégage des bulles de gaz, et il s'élève un brouillard blanc acide au-dessus du mélange qui répand une odeur de caramel. Les mêmes phénomènes se manifestent lorsque, après avoir broyé i partie de mannite sèche avec 2 parties de noir de platine, on ajoute de l'eau et l'on expose le tout à l'action d'une température de 30° à 40° qu'il importe de ne pas-dépasser. Il se dégage une petite quantité d'acides volatils et la masse prend bientôt une réaction franchement acide.

Si l'on continue l'expérience jusqu'à ce que la mannite ait entièrement disparu (ce qui n'a lieu qu'au bout de trois semaines lorsqu'on emploie environ 20 à 30 grammes de mannite); on obtient un liquide incolore ou tout au plus légèrement-coloré en jaune, qui renferme, comme produits principaux, un acide particulier, l'acide mannitique et un sucre fermentescible.

Pour isoler l'acide mannitique, on précipite par le sous-acétate de plomb la liqueur aqueuse qui le renferme et on décompose le précipité par l'hydrogène sulfuré. La solution aqueuse de l'acide mannitique ainsi préparé possède, à [490] l'état de concentration, une saveur acide forte et franche. Elle décompose les carbonates avec effervescence et dissout a la température ordinaire le fer et le zinc avec dégagement. d'hydrogène. Elle est précipitée incomplètement par l'acétate neutre de plomb, complètement par le sous-acétate de plomb. L'eau de chaux et l'eau de baryte n'y forment pas de précipité, en la neutralisant. Mais un excès d'eau de baryte la précipite. Les sels de cuivre additionnés d'ammoniaque y forment un précipité vert, les sels mercureux et l'ammoniaque un précipité blanc qui devient peu. à peu gris.

La solution d'acide mannitique réduit a chaud le nitrate d'argent, et précipite de l'oxyde cuivreux des solutions alcalines d'oxyde cuivrique.

L'acide mannitique se dissout dans l'eau ci dans l'alcool en toutes proportions. Il est peu soluble dans l'éther. Chauffé dans l'air sec, il commence déjà á se décomposer à 80°, en se colorant en jaune, en brun et finalement en noir. Chauffé sur une lame de platine, il se boursoufle, prend feu et brûle avec une flamme éclairante en répandant- l'odeur du sucre brûlé et en laissant pour résidu un charbon léger et brillant.

Les mannitates sont presque tous solubles dans l'eau et incristallisables. Seuls les mannitates de plomb et d'argent sont peu solubles. On a préparé un mannitate neutre d'argent en précipitant une solution concentrée de mannitate de chaux par une solution sirupeuse de nitrate d'argent. On. a obtenu ainsi un précipité floconneux renfermant

C12H10Ag2O14.

Le mannitate de chaux, C12H10Ca2O14, a été préparé en faisant digérer à une douce chaleur l'acide mannitique avec du carbonate de chaux ci en précipitant par l'alcool la solution [491] aqueuse. Le mannitate de plomb neutre

C12H10Pb2O14,

a été obtenu en faisant bouillir une solution d'acide mannitique avec de l'oxyde de plomb et en filtrant la liqueur bouillante. Par le refroidissement, le sel de plomb s'est séparé sous forme d'un précipité grenu et cristallin. Mais la plus grande partie est restée sur le filtre à l'état insoluble sous forme d'une masse résineuse.

Le mannitate de cuivre renferme C12H10Cu2O14.

Les analyses qui ont été faites des mannitates assignent à l'acide mannitique lui-même la formule

C12H12O14.

Cet acide se forme dans l'oxydation de la mannite par suite d'une transformation analogue à celle qui donne naissance à l'acide glycolique et à l'acide glycérique.

C4H6O4

  +  

 4O

  =  

C4H4O6

  +  

H2O2

Glycol.

 

Acide glycolique.

 

 

C6H8O6

  +  

 4O

  =  

C6H6O8

  +  

H2O2

Glycérine.

 

Acide glycérique.

 

 

C12H14O12

  +  

 4O

  =  

C12H12O14

  +  

H2O2

Mannite.

 

Acide mannitique.

 

La formation de l'acide mannitique dans ces circonstances confirme l'opinion émise par M. Berthelot sur la nature alcoolique de la mannite.

Il sera intéressant de rechercher si par une nouvelle oxydation [492] l'acide mannitique ne pourrait pas se transformer en acide saccharique. Cela est possible ;  car il existe entre les acides mannitique et saccharique les mêmes relations qu'entre les acides glycolique et oxalique :

C4H6O4

,    

C4H4O6

,    

C4H2O8

Glycol.

Acide glycolique.

Acide oxalique.

   

C12H14O12

,    

C12H12O14

,    

C12H10O16

Mannite.

Alcide mannitique.

Acide saccharique.

On a mentionné plus haut l'existence d'un sucre fermentescible parmi les produits de l'oxydation de la mannite. Pour séparer ce sucre de l'acide mannitique, on à combiné celui-ci à la chaux et on a précipité le sel de chaux par l'alcool. La liqueur filtrée et concentrée a été
précipitée par l'alcool et a laissé après l'évaporation au bain-marie un sirop jaunâtre qu'il a été impossible de faire cristalliser, mais qui a présenté toutes les réactions du glucose.

On a préparé et analysé la combinaison bien connue

2(C12H12O12),KO,

qui s'est précipitée sous forme d'un dépôt demi-liquide lorsqu'on a mélangé une solution alcoolique de potasse à une solution alcoolique du sucre en question. En ce qui concerne ses propriétés optiques, ce sucre est complètement inactif comme la mannite dont il dérive.