Mémoires sur la chimie publiés à l'étranger. Extraits par M. Adolphe Wurtz.
Annales de chimie et de physique. 3e série, tome 42 (1854), pages 121-122
 

Sur l'Huile essentielle d'Osmitopsis asteriscoïdes ;
par  M. de Gorup-Besanez (1).

L'Osmitopsis asteriscoïdes est une plante aromatique qui croit aux environs de la ville du Cap. On en retire une huile essentielle gui possède des propriétés toniques antispasmodiques et résolutives. Elle est limpide et colorée en jaune-verdâtre. Sa saveur est brûlante, et son odeur, pénétrante et peu agréable, rappelle à la fois celle du camphre et celle de l'essence de cajeput. A 13 degrés, sa densité est de 0,931. Elle réduit, par une ébullition prolongée, une solution ammoniacale de nitrate d'argent. Soumise à la distillation, elle commence à bouillir à 130 degrés, entre en ébullition régulière de 176 à 178 degrés. A partir de ce point jusqu'à 188 degrés, les deux tiers de l'huile passent à la distillation, le thermomètre monte ensuite peu à peu à 206 et à 208 degrés, et une petite quantité de camphre se sublime sur les parois de la cornue.

La partie gui passe de 178 à 182 degrés a donné à l'analyse des résultats gui conduisent à la formule

C20H18O2.

L'huile essentielle d'Osmitopsis asteriscoïdes est donc [122] formée en majeure partie par une essence oxygénée isomérique avec le camphre de Bornéo, l'essence de cajeput, etc.



(1) Annalen der Chemie und Pharmacienouvelle série, t. XIII, p. 215
[= Bd. 89 (1854), S. 214-218 : Ueber das ätherische Oel von Osmitopsis asteriscoides]